Prendre du soja peut affecter la production de lait maternel

Le soja est arrivé sur le marché il y a quelques années, se positionnant comme une alternative évidente au lait de vache pour les enfants et les adultes allergiques aux protéines du lait de vache ou aux intolérants au lactose (bien qu'il existe maintenant des laits sans lactose) et même pour les mères et les pères qui, par conviction, préfèrent éviter les produits laitiers.

Cela a pour effet que de nombreuses mères qui allaitent, soit par conviction, soit parce que quelqu'un leur a recommandé d'éviter les produits laitiers (si l'on soupçonne que le bébé se sent mal), buvez du lait de soja.

L'affaire est celle il se peut qu'une mère qui boit du lait de soja ait affecté sa production, car le soja contient des substances qui agissent dans le corps comme s’il s’agissait d’oestrogènes, ce qui réduit la quantité de lait.

En avril dernier, j'ai assisté au congrès sur l'allaitement maternel qui s'est tenu à Ávila, où j'ai eu l'occasion d'assister à une conférence du Dr Jose María Paricio, que nous avons interviewée à Bébés et plus en ce qui concerne les médicaments dans l'allaitement.

Dans cet entretien, nous avons tous été surpris de commenter que soja pourrait diminuer la quantité de lait de la mère, car il contient des isoflavones qui, dans le corps, se comportent comme des phytoestrogènes.

Sachant que l'œstrogène peut réduire la production de lait et que, pour cette raison, vous ne pouvez pas prendre de contraceptif pendant l'allaitement, sauf si vous ne portez pas d'œstrogène, tel que CerazetIl semble logique d'avertir les mères que le soja pourrait avoir cet effet.

Je me souviens d'une mère qui est venue au groupe de l'allaitement du centre de santé où je travaille et qui a expliqué qu'elle avait remarqué que la fille avait faim, comme si elle retirait du lait. Cela m'a laissé perplexe. Je lui posais des questions sur l'évolution de leur vie, au cas où quelque chose de très tragique se produirait, au cas où la fille prendrait moins à la poitrine, au cas où il serait nécessaire de faire une analyse pour voir comment ses hormones étaient (en particulier la thyroïde) et s'il y avait fait des changements au niveau de l'alimentation. "Il y a quelques jours, je ne bois pas de produits laitiers et je gonfle du soja", m'a-t-il dit à la fin.

Comme il m’a expliqué, quelqu'un lui a recommandé de ne pas prendre de produits laitiers pour empêcher la jeune fille d’avoir des coliques et au lieu de cela, il a bu du lait de soja et des yaourts de soja, mais pas un peu, mais beaucoup.

Je lui ai parlé de la possibilité que le soja soit la cause de la baisse de lait et qu'il a essayé d'arrêter de boire. La semaine suivante, sans prendre de soja, tout s'est à nouveau parfaitement déroulé. Je ne sais pas si le coupable était le soja ou si la raison de cette baisse en était une autre (j'aurais peut-être dû prendre du soja à nouveau pour confirmer que la production diminuait), mais nous sommes tous les deux restés avec le «pourrait être».

Si vous entrez sur le site Web e-lactation, cette grande bible qui parle de drogue et d'allaitement, et que vous recherchez le «soja», vous verrez qu'il est écrit ce qui suit:

Il contient de la lécithine et des isoflavones telles que la génistéine, la glycyteine ​​et la daidzéine. La lécithine sont des phospholipides dotés de propriétés hypolipidémiantes. Les isoflavones se comportent comme des phytoestrogènes. Elles sont donc également utilisées dans les cas d’hyperlipémie et de troubles ménopausiques. Il n’est pas commode d’abuser de sa consommation, car les œstrogènes peuvent réduire la production de lait.

Je veux dire que pourrait affecter la production et pourrait ne pas faire trop. Juste au cas où, si vous êtes une mère allaitante, gardez cela à l’esprit.

Vidéo: France : des salmonelles dans du lait infantile ? (Février 2020).