Comment les enfants comprennent la mort et comment leur en parler

"Maman, que se passe-t-il quand nous mourons?" De nombreux parents reçoivent ce type de question et il est souvent difficile de savoir quelle est la meilleure réponse, surtout si vous ne savez pas dans quelle mesure cela devrait être conforme à vos convictions religieuses (si vous êtes croyant ou non) ou s'il est préférable de «sucrer» le sujet. Les dernières recherches en psychologie du développement nous donnent quelques conseils.

La mort peut être un sujet fascinant pour de nombreux enfants, ce qui devient évident lorsqu'ils rencontrent un animal ou une plante morte. Ses observations et questions témoignent d'une saine curiosité à un âge où ils s'efforcent de comprendre un monde aussi complexe.

Cependant pour la mort de nombreux parents est un sujet tabou lorsqu'on parle aux enfantsBien que vos questions puissent constituer une bonne occasion d'étancher votre curiosité et de nourrir votre désir d'apprendre (dans le cas présent, la biologie et le cycle de la vie), il existe cependant des situations dans lesquelles il est préférable de marcher avec les pieds en plomb.

Que savent les enfants?

La plupart des enfants d’âge préscolaire ne comprennent pas la partie biologique de la mort et ont tendance à croire que la mort est un état de vie différent, comme si c’était le cas. un long sommeil. À cet âge, les enfants disent souvent que seuls les personnes âgées et les malades meurent et pensent même que les personnes décédées ont faim, ont besoin d'air et peuvent encore voir, entendre ou rêver. Pour acquérir une compréhension mature et biologique de la mort, les enfants doivent d’abord acquérir une connaissance de base de la mort.

Normalement, c'est entre quatre et onze ans que les enfants comprennent progressivement que la mort est une chose universelle, inévitable et irréversible. à cause d'une défaillance des organes vitaux qui suppose la fin des processus physiques et mentaux. C'est-à-dire qu'à l'âge de onze ans, la plupart des enfants ont déjà compris que toutes les personnes (y compris leurs proches et eux-mêmes) auront leur journée et qu'il n'y a pas de retour en arrière possible.

Cependant, certains enfants peuvent comprendre certaines de ces composantes plus tôt et par conséquent leurs expériences et leurs conversations peuvent les influencer. Par exemple, les enfants qui ont déjà perdu un être cher ou un animal de compagnie et ceux qui ont plus d'expérience du cycle de la vie grâce à leurs interactions avec les animaux ont tendance à avoir une idée plus claire du concept de mort.

Le plus important est de ne pas se sentir intimidé par le sujet: ne pas ignorer les questions d'un enfant ou essayer de le changer.

Un autre facteur qui peut amener les enfants à comprendre la mort plus tôt est le niveau d’éducation des parents, quelle que soit leur intelligence. De cette façon, il est suggéré que les parents puissent aider les enfants à comprendre la mort en lui offrant des opportunités et en expliquant clairement les facteurs biologiques au cours des premières années.

La religion et la culture jouent également un rôle important dans la formation des croyances d'un enfant. Au cours de leurs conversations avec des adultes, les enfants apprennent souvent non seulement des données biologiques, mais également des croyances "surnaturelles" concernant l'au-delà et le monde spirituel. Les psychologues du développement ont découvert que lorsque les enfants grandissent et comprennent les facteurs biologiques liés à la mort, ils développent aussi un point de vue "dualiste" qui combine des croyances biologiques et surnaturelles.

Dans Bébés et plus L'étape "Pourquoi": comment répondre aux questions constantes des enfants

Par exemple, un enfant de dix ans sait peut-être qu'une personne décédée ne peut plus bouger ou ne voit plus pourquoi son corps a cessé de fonctionner, mais en même temps il peut croire que les morts sont capables de rêver ou de manquer d'autres personnes.

Sincérité et délicatesse

Les dernières recherches sur la façon dont les enfants comprennent la mort nous donnent plusieurs indices sur la meilleure façon de traiter un problème complexe, souvent riche en émotions.

La chose la plus importante est ne pas se sentir intimidé par le sujet: Ne pas ignorer les questions d'un enfant ou essayer de changer de sujet. Nous devrions plutôt y voir une occasion de satisfaire sa curiosité et de contribuer à son éducation et à la manière de comprendre le cycle de la vie. De même, écouter attentivement ce que l'enfant nous demande et ce qu'il dit à propos de la mort nous permettra de comprendre ses sentiments et dans quelle mesure il comprend le sujet afin de savoir ce qu'il faut expliquer ou s'il faut rassurer l'enfant. Un message trop simplifié peut être non formatif ou condescendant, tandis qu'une explication trop complexe peut ajouter à la confusion et même à l'angoisse.

Par exemple, donner des informations très détaillées ou des détails graphiques sur la façon dont une personne est décédée ou ce qu'il advient des corps sans vie peut causer des soucis inutiles et de l'angoisse, surtout chez les jeunes enfants. Pour certains enfants, l'idée qu'une personne décédée puisse toujours nous voir peut être une idée réconfortante, alors que d'autres peuvent être confus et causer de la détresse.

Le plus important est peut-être de reconnaître que la tristesse est normale et qu'il est naturel de s'inquiéter de la mort.

Un autre aspect important est la sincérité et évite les ambiguïtés. Par exemple, dire à un enfant qu'une personne décédée est "en train de dormir" peut lui faire croire que le mort peut se réveiller. Les recherches montrent que les enfants qui comprennent la normalité, la fatalité et le but de la mort sont généralement mieux préparés et mieux à même de comprendre la mort quand elle survient. En fait, les enfants qui comprennent mieux ce qu'est la mort en ont généralement moins peur.

La sincérité signifie aussi reconnaître l'incertitude et le mystère entourant la mort et éviter d'être dogmatique. Il est important d'expliquer qu'il y a des choses que personne ne sait et qu'il est normal de croire en certaines choses qui peuvent être contredites. Indépendamment des croyances religieuses ou du manque de foi de chacun, il est bon de reconnaître que les croyances des autres sont très différentes, ce qui rendra les enfants plus respectueux des convictions des autres et encouragera leur curiosité à essayer de comprendre la monde avec tous ses mystères et énigmes.

Le plus important est peut-être de reconnaître que la tristesse est normale et qu'il est naturel de s'inquiéter de la mort. Nous sommes tous tristes quand un être cher meurt, mais nous nous rétablissons progressivement au fil du temps. Un moyen de réduire l'inquiétude d'un enfant consiste à aborder la question d'un point de vue réaliste. Par exemple, vous pouvez lui dire qu'il est très probable qu'eux-mêmes et leurs proches resteront en vie longtemps.

Dans Bébés et plus "Maman, je ne veux pas que tu deviennes une femme âgée": comment aider les enfants qui ont peur du grand âge de leurs proches

Si un enfant est en position d'accepter la mort d'un être cher ou est confronté à la mort de première main, il est nécessaire de faire preuve de beaucoup de tact quand on parle du sujet. Cependant, cela ne signifie pas que nous devrions être moins sincères ou ouverts à ce sujet. Les enfants gèrent mieux leur anxiété et leurs peurs s’ils peuvent compter sur explications sincères À propos de la mort d'un être cher. Pour les enfants qui savent qu'ils sont en train de mourir, il est important de leur donner l'occasion de poser des questions et d'exprimer leurs sentiments et leurs désirs.

Quelles que soient les circonstances, les enfants tentent de remplacer leur manque de connaissances lorsque nous leur cachons la vérité. Bien souvent, leur propre imagination peut être beaucoup plus effrayante et leur faire beaucoup plus de mal que la vérité.

Cet article a été publié à l'origine dans The Conversation. Vous pouvez lire l'article original ici.

Traduit par Silvestre Urbón

Vidéo: The Extraordinary Case of Alex Lewis Miracle Documentary - Real Stories (Janvier 2020).